Brest L'Apecs se développe auprès du grand public

Spécialisé sur les requins et les raies, l'Apecs vient d'embaucher Lola Bayol. Sa mission : multiplier les interventions auprès des scolaires, du grand public...

02/02/2017 à 17:23 par Administrateur

Les interventions auprès des scolaires vont se multiplier. -
Les interventions auprès des scolaires vont se multiplier. -

Par Adèle Le Berre

Savez-vous qu’au large du Finistère, on peut rencontrer l’impressionnant mais pacifique requin pèlerin, la raie brunette, la raie lisse, la raie mêlée, la raie bouclée… Toutes ces espèces appartiennent à la famille des élasmobranches, anciennement appelés sélaciens. C’est la spécialité de l’association Apecs, basée à Brest depuis 1997. Son but est de mieux connaître ces animaux afin de les préserver.

Pour ce faire, l’Apecs vient d’embaucher une troisième salariée : Lola Bayol qui est chargée d’aller à la rencontre du grand public et, en particulier, des scolaires. « Jusque-là, nous accompagnions quatre classes de la région brestoise par an. Là, on va monter en puissance, se déployer sur l’ensemble du Finistère auprès des primaires et pourquoi pas des collégiens en leur proposant tout un catalogue d’animations », présente la jeune femme.

Jeux sur le thème de la mer

Parallèlement, Lola Bayol encadre deux groupes d’enfants – l’un issu de la Maison de l’enfance de Plougonvelin, l’autre du Groupe de pédagogie et d’animation sociale de Brest – dans la réalisation de jeux sur le thème de la mer, des requins, des raies. « Il peut s’agir d’un jeu de plateau, de cartes ou de rôle. Peu importe, le but est de faire passer des messages par le jeu. Nous serons aidés de professionnels », décrit Lola Bayol. Ce projet a été sélectionné dans le cadre de l’appel à projets Héritages littoraux de la Région Bretagne. La fondation Nature et découverte va lui donner également un coup de pouce financier.

L’année 2017 sera à nouveau marquée par la pose de balises sur le requin-pèlerin. Depuis sa création, l’Apecs mêle un programme de recensement des observations de ce géant des mers. Ils fréquentent les eaux bretonnes au printemps et en été. Il remonte en surface pour se nourrir de plancton. On peut alors apercevoir la première nageoire dorsale (aileron) et l’extrémité de la queue. L’Apecs invite les observateurs à signaler toute présence de requin-pèlerin.

Requin-taupe

L’Apecs commence aussi à s’intéresser au requin-taupe, repéré à plusieurs reprises dans les Côtes-d’Armor. Des balises pourraient être posées en 2018 sur cette espèce inscrite depuis 1996 sur la liste rouge des espèces menacées de disparition par l’Union internationale pour la conservation de la nature. Un autre projet d’observation porte sur l’ange de mer, une espèce classée « en danger critique d’extinction » par l’UICN. Présente dans les eaux de l’Atlantique Nord-Est par le passé, l’ange de mer a aujourd’hui quasiment disparu de la plupart d’entre eux.

29200 Brest

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne