Brest Les alguiers, de précieux témoignages

Trois étudiants en Master 2 Histoire des sciences et techniques ont travaillé sur les alguiers, dont celui d'Agathe de Gourcuff réalisé en 1838 sur les bords de l'Odet.

09/02/2017 à 11:27 par Administrateur

Guillaume Laour, Julien Hageaux et Guillaume Sallah Thomas exposent jusqu'au 28 février. -
Guillaume Laour, Julien Hageaux et Guillaume Sallah Thomas exposent jusqu'au 28 février. -

Par Adèle Le Berre

Qui était Agathe de Gourcuff ? La question reste (presque) entière. Guillaume Sallah Thomas, étudiant en Master Histoire des sciences et techniques à Brest, s’est intéressé à cette noble bretonne car elle a réalisé un alguier conservé par la bibliothèque patrimoniale de Brest. « Je sais juste qu’elle est née en 1818 et morte en 1857, que son père est assureur maritime. Elle a réalisé cet alguier sur les bords de l’Odet au Pérennou ,en 1838 », décrit le jeune homme.

Cet alguier contient 60 algues probablement récoltées dans le Finistère et identifiées en français. « C’est inhabituel. Les autres botanistes ou algologues les nommaient en latin. L’alguier d’Agathe de Gourcuff était-il un ouvrage personnel ou de vulgarisation ? », interroge l’étudiant. Son travail a intéressé la médiathèque des Capucins. Il fait l’objet d’une exposition jusqu’au 28 février.

Ouvrages esthétiques

On y découvre l’histoire des alguiers. « Au XVIIIe et XIXe siècles, les aristocrates étaient férus de botanique. Tout le monde en faisait. On conservait des plantes, des algues et même des animaux ! », décrit Guillaume Sallah Thomas qui s’est entouré de Julien Hageaux et Guillaume Laour pour réaliser cette exposition. Ils ont puisé dans le fonds patrimonial de la médiathèque qui comprend une dizaine d’alguiers.

Dont celui des frères Crouan. En 1852, ces deux algologues brestois publient à 50 exemplaires Algues marines du Finistère, trois tomes rassemblant 404 échantillons d’algues classés par famille. L’exposition montre aussi l’alguier Du Dresnay dont s’est probablement inspiré Agathe de Gourcuff. Il est conservé dans la bibliothèque de l’ancienne abbaye de Landévennec. Son auteur est un colonel retiré à Saint-Pol-du-Léon. Il y a récolté et séché 256 algues entre 1820 et 1827 dans deux gros volumes.

Les alguiers restent de précieux (et très esthétiques) outils. « Les étudiants en botanique en réalisent toujours. C’est une excellente manière de mémoriser les algues. Par ailleurs, il arrive que des morceaux d’algues soient prélevés et analysés sur les anciens alguiers », informe l’étudiant.

Pratique
A voir jusqu’au 28 février à Brest, aux Capucins, salle Patrimoine au 1er étage. Gratuit.

29200 Brest

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne