Finistère Angels : « Nous avons un vrai rôle à jouer »

Les business Angels du Finistère ont trouvé leur place. L'association compte une soixantaine de membres. Son volume d'investissements a atteint 1,3 million d'euros l'an passé.

16/03/2017 à 15:31 par matthieugain

Christophe Bapst est à la moitié de son mandat de deux ans à la tête de Finistère Angels. -
Christophe Bapst est à la moitié de son mandat de deux ans à la tête de Finistère Angels. -

Interview de Christophe Bapst, président de Finistère Angels.

Quel bilan tirez-vous de l’année 2016 ?

Globalement, il est très bon. Le volume des investissements a progressé pour atteindre 1,3 million d’euros*. 2016 est notre 2e meilleure année depuis la création de l’association. Nous continuons à recevoir des projets. Le nombre d’adhérents continue par ailleurs d’augmenter. Nous sommes actuellement 65.

En 2016, nous avons dû revoir nos relations avec les chambres de commerce et d’industrie. Il a fallu nous réorganiser et trouver un nouveau mode de fonctionnement tout en conservant les liens avec les CCI. L’autre grand chantier réalisé l’an dernier est la création de l’association Breizh Angels en décembre. Elle réunit Finistère Angels, Armor Angels pour les Côtes-d’Armor, Bretagne-Sud Angels pour Vannes et Lorient, et enfin Logoden pour l’Ille-et-Vilaine.

Quel est l’intérêt de Breizh Angels ?

L’objectif est de faciliter la circulation et le partage des dossiers entre les quatre associations. Pour les membres de Finistère Angels, cette initiative permet de voir passer des dossiers en provenance des autres départements. Pour les entreprises qui nous sollicitent, c’est aussi un moyen d’accéder à des fonds supplémentaires et plus importants.

J’ajoute par ailleurs que les quatre associations bretonnes de business Angels ont été labellisées par le fonds Breizh Up, piloté par la Région. Sa vocation est d’apporter des financements complémentaires aux côtés d’investisseurs privés.

Pour revenir sur l’activité de Finistère Angels. Comment expliquez-vous cette montée en puissance ?

Il y a davantage de projets qu’avant, davantage de personnes qui ont envie de créer une entreprise. Il faut aussi dire que l’association couvre désormais l’ensemble du territoire et que les porteurs de projet nous ont bien identifiés. Il n’y a plus de start-up ou de PME qui lèvent des fonds et dont nous n’aurions jamais entendu parler.

L’an passé, vous avez reçu 32 dossiers. Vous en avez instruit 22. Pourriez-vous en étudier davantage ?

Comme les années précédentes, nous en avons financé quatre. Nous ne pourrions pas vraiment en faire plus pour des raisons d’effectifs et de moyens humains.

Pour autant, nous aimerions recevoir davantage de projets car nous avons un vrai rôle à jouer au niveau de l’amorçage de projets innovants et dans l’accompagnement des chefs d’entreprise.

Quel regard portez-vous sur l’économie du Finistère ?

Le territoire n’est pas en déclin. Il n’est cependant pas super dynamique. Il se trouve en quelque sorte sur le fil du rasoir et il faut faire attention à l’attraction forte de Rennes et Nantes. Par exemple, nous regrettons de ne pas recevoir de dossier lié au food-tech dans l’agriculture ou l’agroalimentaire. En revanche, nous sentons que dans les énergies marines, un éco-système est en train de voir le jour.

Comment percevez-vous l’année 2017 ?

Pour nous, l’année a bien démarré et nous tablons sur le financement de trois ou quatre nouveaux projets. Cette année, le gros point d’interrogation concerne l’aspect politique et le résultat de l’élection présidentielle. Nous aimerions que les avantages fiscaux liés à l’investissement dans les start-up soient transférés vers l’impôt sur le revenu. Cela permettrait d’élargir encore l’effectif de l’association.

* Les entreprises concernées sont Apizee (Lannion), Coaching Sport Santé (Brest), Eqwall (Brest) et My Movie Up (Brest). En 2016, Finistère Angels a aussi participé aux levées de fonds de 3DSL, Hemarina, Manros, Mov’n see, Visiofair-Watcheezy.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne