Un mois pour sensibiliser au cancer colorectal

18 000 personnes meurent chaque année d'un cancer colorectal. Pourtant, un dépistage précoce permet de combattre la maladie. Explication de la marche à suivre.

16/03/2017 à 17:34 par Administrateur

Une nouvelle campagne de sensibilisation est lancée. © Africa Studio Fotolia -
Une nouvelle campagne de sensibilisation est lancée. © Africa Studio Fotolia -

Par Johanna Amselem

« Le cancer colorectal, le dépister à temps peut vous sauver la vie ». Le message est clair et percutant. Le slogan de la nouvelle campagne de sensibilisation de l’Institut national du cancer (INCa) veut interpeller la population.

Comme chaque année, le mois de mars est ainsi dédié au cancer colorectal. À l’occasion de Mars bleu, les autorités veulent réaffirmer l’importance du dépistage. 95 % des nouveaux cas se déclarent chez les plus de 50 ans. Avec 43 000 nouveaux cas chaque année et 18 000 décès, le cancer colorectal est le deuxième plus meurtrier de France. Pourtant, le dépistage n’est pas compliqué. Il s’effectue grâce à un test rapide et efficace à réaliser chez soi.

Rappelons que ce cancer se développe lentement, la tumeur apparaît sur la paroi interne du côlon et du rectum. Ainsi, un dépistage précoce augmente les chances de guérison. Détecté à temps l’INCa rappelle qu’il se guérit dans 90 % des cas. Le dépistage est également le moyen de repérer un polype avant qu’il ne se transforme en cancer.

Pratiquer un test immunologique

Comme le rappelle l’INCa, toutes les personnes entre 50 et 74 ans sont invitées tous les deux ans à consulter leur médecin traitant. À cette occasion, et après avoir posé certaines questions, il détermine le moyen de dépistage le plus adapté à chaque patient. Selon le niveau de risque, certains patients doivent réaliser un test immunologique. Il s’agit de déceler la présence, ou non, de sang humain dans les selles.

Ce test est à réaliser chez soi en envoyant un échantillon de selles à un laboratoire de biologie médicale. Les résultats sont transmis dans les 15 jours. Ce test et l’interprétation sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie sans avance de frais.

D’autres personnes doivent réaliser une coloscopie. L’examen est décrit par l’INCa sur son site internet. Lors de cet examen, un gastro-entérologue et un médecin anesthésiste visualisent l’intérieur de l’intestin. L’occasion de déceler, et retirer si nécessaire, des polypes pouvant évoluer vers un cancer.

Si vous avez entre 50 et 74 ans, profitez de Mars bleu pour vous rapprocher de votre médecin traitant.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne