Brest A la résidence Delcourt-Ponchelet, un sol connecté pour alerter les chutes

Cinq étudiants de l'IUT de gestion de Brest, aidés par les Blouses Roses, ont monté un projet de financement pour équiper une chambre d'un Ehpad à Brest.

30/03/2017 à 11:26 par Administrateur

Les étudiants et les responsables de l'Ehpad. -
Les étudiants et les responsables de l'Ehpad.

Afin de connecter le sol d’une chambre de l’Ehpad Delcourt-Ponchelet, ils leur manquent une petite rallonge. Dans le cadre d’un projet d’études, cinq étudiants de l’IUT de gestion des entreprises et administration de Brest ont lancé un plan de financement pour apporter, pour la première fois en Finistère, une innovation technologique qui peut sauver des vies et améliorer concrètement celle du personnel soignant.

Pour faire simple, il s’agit de poser en sous-couche, sur la surface d’une chambre, des dalles équipées de capteurs reliés à un boîtier lui-même connecté à une plinthe lumineuse (pour éclairer le chemin de résident nocturne) et surtout à un écran de contrôle (pour alerter en temps réel les soignants d’un éventuel mouvement ou pire, d’une chute). Commercialisé par l’entreprise française Tarkett depuis 2015, le système “Floor in Motion” équipe déjà une résidence senior à Lille ainsi qu’à Lorient. Avec des résultats étonnants.

1 000 euros encore à trouver

« Nous avons découvert cette innovation au travers d’un article sur internet et on s’est dit, pourquoi pas l’essayer ici ? Nous ne sommes pas spécialistes de la santé mais nous avons tous des grands-parents et nous connaissons la problématique des chutes à cet âge. Alors, le sol connecté, ça nous parle », affirment collégialement Tristan Chauvet, Johan Nicol-Lavallade, Léo Saout, Mathieu De Coene et Baptiste Choquet, tous en dernière année d’IUT.

Par l’entremise des Blouses Roses, le projet a été accueilli à bras ouverts par la résidence Delcourt-Ponchelet, partenaire du CHRU de Brest et enclin à tester cette nouveauté :

Nous menions déjà plusieurs projets pour prévenir les chutes, avec des parcours de marche, des ateliers équilibre… mais les kinés se font rares.

Les étudiants sont donc arrivés à point nommé pour Christelle Abaléa, cadre de santé et coordinatrice du projet pour la résidence.

Ce qui nous a plu, c’est le côté non-intrusif du dispositif, discret et respectant l’intimité des usagers. Ce n’est pas comme poser des caméras, un autre système qui existe. On constate une diminution de l’anxiété, une meilleure réactivité du personnel et, plus tard, les données recueillies sur les mouvements permettront d’améliorer notre prévention.

D’après les premiers chiffres recueillis, la plinthe lumineuse réduit les chutes de 97 % la nuit entre 2 h et 7 h. Plus étonnant encore : « On constate aussi 30 % d’arrêts maladies en moins chez les soignants » bien souvent en effectifs réduits la nuit.

Pour l’heure, la vente de chocolats, le mécénat d’entreprise et un financement participatif ont permis de récolter 4 000 euros. Il manque encore 1 000 euros pour réaliser le projet. « Il est possible d’apporter un don, même minime, via la plateforme de don Innovéo du CHU de Brest, en spécifiant le nom du projet. »

29200 Brest

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne