Ploudaniel Le groupe Even résiste et va-de-l'avant

Les secousses subies par la filière laitière, en 2016, n'ont pas épargné la coopérative Even et ses 1 400 adhérents. Le groupe de Ploudaniel maintient cependant sa stratégie.

06/04/2017 à 17:34 par Administrateur

Guy Le Bars, le président d'Even et Christian Couilleau, son directeur général. -
Guy Le Bars, le président d'Even et Christian Couilleau, son directeur général. -

Par Matthieu Gain

La crise chez les producteurs de lait, depuis la disparition des quotas en 2015, est toujours une réalité. « L’année 2016 a été compliquée, chahutée pour nos 1400 adhérents », confirme Guy Le Bars, le président de la coopérative Even.

Cela se vérifie au regard de son chiffre d’affaires qui atteint 240 millions d’euros contre 272 en 2015.

Pour autant, son résultat s’élève à près de 16 millions d’euros.

Nous avons pris la décision d’en verser la moitié à nos adhérents. Ce qui représente 19 euros pour 1 000 litres qui seront versés en juillet 2017. Il s’agit là d’une mesure exceptionnelle qui tient compte du contexte économique.

Even a par ailleurs voté une aide (13 500 euros) en faveur de ses jeunes producteurs. Ils sont une quarantaine à s’être installés ces deux dernières années. Au-delà de l’aspect financier, la coopérative leur propose aussi un accompagnement technico-économique.

Laïta pour locomotive

Le bilan 2016 du groupe Even laisse néanmoins des points positifs. Christian Couilleau, son directeur général, précise : « Nous avons un double sentiment : d’un côté, une grande vigilance à l’égard de la situation de nos adhérents et de l’autre, de la satisfaction face aux performances réalisées l’an dernier. » À commencer par celles de la filiale brestoise Laïta, spécialisée dans la valorisation du lait.

Laïta, c’est surtout la marque Paysan Breton sous laquelle sont vendus le beurre ou la crème fouettée Madame Loïk.

Paysan Breton est devenu la 29e marque la plus achetée en France. L’an passé, Madame Loïk a également enregistré une croissance de 20 %.

Laïta compte poursuivre sur cette lancée avec de nouveaux produits pour chaque segment de marché. Au passage, ces projets sont l’illustration de la stratégie du groupe Even. « Notre vision, ce n’est pas de faire des produits low cost mais du premium », martèle Christian Couilleau. En clair, des produits élaborés en y apportant de la valeur.

9e employeur breton

Ce qui a permis au groupe agroalimentaire de maintenir son chiffre d’affaires à hauteur de 2,1 milliards d’euros en 2016. Il a par ailleurs passé la barre des 6 000 salariés. Ce qui le place au 9e rang des employeurs bretons. « Dans notre secteur, le parcours est ardu, pentu mais il n’est pas fourchu. Malgré la crise, nous n’avons pas revu nos orientations stratégiques », dit le directeur général.

Even garde ainsi le cap des investissements. Les deux beurrerie Laïta, à Landerneau et Ancenis, vont être modernisées dans les quatre prochaines années. L’investissement s’élève à 24 millions d’euros qui se répartissent pour moitié entre les deux sites.

Even va par ailleurs injecter 22 millions d’euros dans sa fromagerie de Ploudaniel et 2 millions d’euros dans un nouveau laboratoire à Créhen (Côtes-d’Armor). Cet équipement est situé à proximité de sa future tour de séchage. Son inauguration est prévue après l’été 2017. Cette usine produira de la poudre de lait infantile notamment pour la Chine.

L’international est l’un des axes stratégiques du groupe. En témoigne l’ouverture d’un bureau en Thaïlande et en Nouvelle-Calédonie pour toute la zone Pacifique. « Ce qui compte pour nous, c’est de ramener de la valeur ici », conclut Christian Couilleau. De quoi rassurer les éleveurs de la coopérative.

29260 Ploudaniel

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne