Brest MyMovieUp : des films en 30 minutes chrono

Les entreprises raffolent de plus en plus de vidéo. La société brestoise MyMovieUp se positionne sur ce créneau, avec son logiciel pour la conception et la réalisation de films. Léna Roudaut, la dirigeante, revendique rapidité et qualité.

04/05/2017 à 12:04 par matthieugain

Léna Roudaut, 38 ans, est la fondatrice de la start-up MyMovieUp à Brest. -
Léna Roudaut, 38 ans, est la fondatrice de la start-up MyMovieUp à Brest. -

Par Matthieu Gain

« Pendant quelques années, j’ai observé le déséquilibre entre les besoins des entreprises dans le domaine de l’audiovisuel et le coût de ces projets. En gros, une minute de vidéo coûte en moyenne mille euros. Ce qui en restreint sérieusement l’accès. » À l’époque, lorsqu’elle établit ce diagnostic, Léna Roudaut est encore à la tête de son studio de création digitale à Brest.

Quelques mois plus tard, elle le cédera à un groupe marseillais pour se lancer dans une nouvelle aventure. Début 2015, son défi consiste alors à mettre au point un logiciel intelligent pour concevoir et réaliser des vidéos en ligne.

D’emblée, la fondatrice de MyMovieUp imagine son produit pour des clients professionnels. Un an et demi plus tard, en juillet 2016, son objectif est atteint.

J’ai commencé par explorer le marché. Il y a eu ensuite une phase de recherches et développement car nous avons conçu notre solution de A à Z car elle n’existait pas auparavant.

Guidage pas à pas

Dans cette période, Léna Roudaut a deux exigences : la simplicité d’utilisation et la rapidité d’exécution. « Notre raison d’être repose sur la démocratisation de la vidéo. » Tant dans la réalisation technique qu’au plan financier.

Le but du jeu est en effet que les clients fassent eux-mêmes les images, montent leur film sur leur ordinateur (et bientôt sur leur smartphone) et le mettent en ligne. « Nous proposons cependant un guidage pas à pas, de la prise des images jusqu’au montage. Nos clients peuvent à tout moment nous envoyer des mails ou nous appeler », précise Léna Roudaut.

Dans les locaux de MyMovieUp, installé à The Corner à Brest, son équipe compte deux techniciens, épaulés par deux stagiaires. « En vitesse de croisières, les utilisateurs peuvent mettre seulement 30 minutes à réaliser leur film. » Léna Roudaut mise sur cette efficacité pour assurer la croissance de l’entreprise.

Potentiel énorme

Il faut dire que le potentiel est énorme, et l’appétence des entreprises pour les films promotionnels, de plus en plus forte. « Nous ciblons en priorité le secteur immobilier car l’impact de la vidéo est colossal. Sur un bien, ce média peut générer 400 % de demande d’informations supplémentaires. » MyMovieUp lorgne aussi les PME industrielles qui ont des choses à montrer.

Localement, la start-up travaille déjà avec les remorques Rolland, Cadiou industries, la biscuiterie Ker Cadélac… Elle a aussi commencé à se faire un nom à l’étranger (Suisse et Belgique) auprès de réseaux d’agences immobilières.

Au premier trimestre 2017, nous avons accueilli autant de clients que sur l’ensemble de l’année 2016.

L’été dernier, les Finistère Angels ont injecté 130 000 euros dans la société. Ce qui lui a notamment permis de finaliser son outil sur le plan technique. Cet investissement représente également une marque de confiance à l’égard du projet et de Léna Roudaut.

À 38 ans, la jeune femme affiche son ambition. « Nous voulons devenir leader de la création de vidéo automatisée en France d’ici à trois ans. » Utopique ? « Ce marché est en construction mais il est estimé à plus de 2 milliards d’euros d’ici à 2020 en Europe. Donc, oui, notre objectif est réalisable. » Sa société est en tout cas bien partie.

29200 Brest

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne