Brest Le meilleur des films de surf à Océanopolis du 18 au 20 mai

Un collectif breton d'amateurs de surf lance, du 18 au 20 mai, le Brest surf film festival. Une sélection de 20 films internationaux sera projetée, illustrant toutes ses facettes.

10/05/2017 à 17:21 par Adele Leberre

sera projeté en avant-première mondiale jeudi 18 mai. -
sera projeté en avant-première mondiale jeudi 18 mai. -

Par Adèle Le Berre

Le surf est loin de se résumer à un simple sport. Une véritable culture et un état d’esprit découlent de cette pratique en constant développement. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller au Brest surf film festival, du 18 au 20 mai Océanopolis. Monté par l’association Jours d’écume, cet événement est inédit en Bretagne. Il prendra la forme de trois soirées de projection.

Les organisateurs ont visionné des dizaines de courts, moyens et longs-métrages internationaux pour finalement en retenir une vingtaine. « Depuis une dizaine d’années, la qualité des films de surf n’a cessé d’augmenter. Nous avons retenu des films pour leur qualité esthétique mais aussi pour la diversité des approches, les histoires, les regards singuliers », expose l’une des organisatrices.

Avant-première

L’équipe est particulièrement fière d’ouvrir jeudi 18 mai par une avant-première : Jérémy Florès, danser dans les vagues. Ce road-movie retrace le parcours du champion réunionnais Jérémy Florès. Le réalisateur Antoine Laguerre sera présent pour cette soirée inaugurale.

Autre film à ne pas manquer : Peninsula Mitre, la terre oubliée. Ce long-métrage relate l’expédition des frères gauchos Del Mar dans l’une des zones les plus hostiles de la planète : la Terre de feu à l’extrême Sud de l’Amérique. Sac et surf sur le dos, ils sont en quête de vagues vierges dans des paysages à couper le souffle.

Ce film, comme beaucoup d’autres programmés, souligne l’attachement à la nature et la recherche de vagues jamais surfées. C’est aussi le fil rouge de Lost in the swell 3.2 Le paradis perdu, de Ronan Gladu (présent le 20 mai). Ce Finistérien s’est lancé dans un projet insensé avec ses acolytes Ewen Le Goff et Aurel Jacob : traverser en vélo la partie Nord du bassin du Congo. Ils vont certes surfer des vagues fabuleuses mais aussi se frotter à une nature intacte et parfois très hostile.

Initiations

Les courts-métrages diffusés seront en compétition. Un jury composé de surfeurs (Ian Fontaine, Annabel Talouarn), réalisateur (Antoine Laguerre, Ronan Gladu), journalistes… aura la lourde tâche de désigner les vainqueurs. « On espère que cela créera de l’émulation et encouragera la production », poursuit l’organisatrice.

En journée, des initiations au surf et bodysurf sont proposés (à prix libre) sur le spot du Minou : les initiations au stand up paddle se feront (gratuitement) en Rade de Brest. « Le but est aussi de monter toutes les possibilités offertes en Rade de Brest. » Fortement soutenue par l’agence Finistère 360°, cette première édition devrait en appeler d’autres.

Programme et réservation des billets (12 € la soirée, 30 € les 3 jours) sur http://brestsurffilmfestival.com/

29200 Brest

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne