Pouldreuzic 54 producteurs bretons se sont fédérés pour créer leur laiterie Laitik

Leur pari est en passe d'être gagné. En 2011, 54 producteurs bretons ont décidé de prendre leur destin en main. Six ans plus tard, leurs briques de lait Laitik commencent à remplir les rayons des supermarchés et séduire les restaurateurs.

11/05/2017 à 11:50 par Administrateur

Jean-Michel Burel, l'un des 12 producteurs finistériens, a démarché lui-même Marie-Cath, restauratrice à Penmarc'h. -
Jean-Michel Burel, l'un des 12 producteurs finistériens, a démarché lui-même Marie-Cath, restauratrice à Penmarc'h. -

Par Adèle Le Berre

Chez Marie-Cath, la pâte à crêpes est réalisée à partir de lait demi-écrémé Laitik. Et la patronne de la paillote de Penmarc’h n’est pas près de changer de laiterie ! « J’ai retrouvé le bon lait d’antan. C’est difficile à décrire… Ce lait est crémeux. Il n’a pas un goût industriel comme les autres », commente la commerçante.

Jean-Michel Burel, un sourire aux lèvres, boit ses paroles. « Moi, j’ai coutume de dire que mon lait a… un goût de lait. On n’a rien enlevé, rien ajouté », renchérit le producteur de Pouldreuzic. Il fait allusion, à demi-mot, aux pratiques de cracking des industriels et coopératives. Par différents procédés chimiques ou mécaniques, ils extraient certains éléments comme les protéines, les matières grasses…

Irréductibles producteurs

Les briques de lait Laitik sont disponibles en grandes surfaces depuis le mois de févier. Des années ont été nécessaires pour créer la laiterie de Trémorel (Côtes-d’Armor) et sortir les premières briques. Cette entreprise audacieuse a démarré en pleine crise du lait, en 2011. Une cinquantaine de producteurs bretons refusent de signer les contrats que Sodiaal veut leur imposer. La coopérative est contrainte de collecter leur lait pendant encore 18 mois. Un temps bien court pour s’organiser, définir leur projet et monter la Sica (Société d’intérêt collectif agricole) Lait’sprit d’éthique.

En juillet 2012, les deux premiers camions achetés sur leurs propres deniers commencent à collecter la production des 54 producteurs (23 millions de litres cumulés). Dans un premier temps, ce lait est vendu sur le marché du lait. En parallèle, les « irréductibles producteurs » comme ils se définissent sur leur site internet, transforment un ancien abattoir en laiterie, à Trémorel. Au total, les investissements se montent à 6,5 millions d’euros.

L’autorisation de mise sur le marché est accordée en février dernier pour du lait écrémé, demi-écrémé et entier. Pour le moment, la moitié de la production (soit 44 000 litres par jour) est ainsi mise en briques. Le reste est toujours vendu sur le marché du lait. « On va doucement monter en puissance. Pour l’instant, ce n’est pas encore rémunérateur. Mais on est fier du boulot accompli. On redonne du sens à notre travail », commente Jean-Michel Burel, à la tête d’une exploitation de 40 vaches et 55 hectares..

Prix concurrentiel

Le producteur ne veut pas communiquer le prix à la tonne aujourd’hui pratiqué par Laitik. À terme, il assure qu’il sera « juste ». Autrement dit supérieur au prix de production (environ 360 euros la tonne). Dans les supermarchés, le prix d’un litre de lait demi-écrémé Laitik coûte 69 centimes, soit 3 centimes de plus que les concurrents les moins chers. D’ici la fin de l’année, les 54 producteurs aimeraient commercialiser de la crème. Des desserts et du fromage sont aussi au menu.

Le nombre de salariés devrait progressivement monter de 14 à 26. Le nombre de producteurs devrait rester le même. « À terme, nous ouvrirons peut-être nos portes à d’autres », avance prudemment Jean-Michel Burel. Le quotidien d’un producteur Laitik n’est toutefois pas un long fleuve tranquille. Ils font tout : la production, la commercialisation, le packaging, la communication, les animations dans les grandes surfaces…« Ce n’est pas une contrainte. J’aime bien aller frapper à la porte d’une crêperie ou d’une petite épicerie pour leur proposer Laitik, confie Jean-Michel Burel. Et qui peut en parler mieux que moi ? »

29710 Pouldreuzic

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne